Cinabre éditions

Back to Store

Absolus. Let's get high!

Coming Soon

Absolus. Let's get high!
Essai de Paul Ardenne
Photographies de Christophe Beauregard
Postface de Solveig Placier

Collection « Rebonds »

96 pages
17 x 22,8 cm
Graphisme par Mathilde Quentin
Publication en 2024
ISBN 978-2-494113-01-5

La prévente sera bientôt ouverte. Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'information en avant-première.

---

Les éditions Cinabre invitent Paul Ardenne et Christophe Beauregard à laisser libre cours à leur imagination à partir d’une œuvre d’art emblématique.

Monolith de Gustav Vigeland (granite, parc Frogner, Oslo, daté 1929-1942) est le point de départ de leur processus créatif.

Devant ces corps d’hommes, de femmes et d’enfants s’agglutinant pour former colonne, dans un inexorable mouvement vers le haut, l’écrivain et le photographe ont décidé de fouiller la notion d’absolu et d’en dresser un tableau, à travers un essai et des photographies.

Ces deux œuvres créées indépendamment l’une de l’autre forment un diptyque au sein du livre. 

Dans cet inventaire de nos rêves, quel sera le vôtre ?

---

📖 Plongeant dans l’histoire, l'écrivain et historien de l'art Paul Ardenne explore la notion d’absolu dans ses dimensions physique, sportive, scientifique, politique, artistique, spirituelle, écologique, mais aussi totalitaire et pathologique, en convoquant de grandes incarnations de cette quête (Maurice Herzog et Louis Lachenal, Élisabeth Báthory et Thug Behram, Sarah Bernhardt et Frank Lloyd Wright ou encore Gilgamesh et Sisyphe) et en s’interrogeant : qu’est-ce qu’un absolu ? Qu’est-ce qu’il implique ? une question de valeur, d’échelle, de distance ? Quand y accéder ? Un « absolu moyen » existe-t-il ? C’est autant en écrivain qu’en essayiste et historien que Paul Ardenne tente d’y répondre.

---

🎞️ Observant notre monde contemporain, Christophe Beauregard propose un kaléidoscope d’états absolus, photographiés en argentique et en numérique, au smartphone comme au moyen format. L’absolu est visible partout : moments de liesse, mise en scène de soi, jouissance sexuelle, vacances idylliques. Mais il se devine également dans des images dotées de références plus implicites : montagne Sainte-Victoire et pommes de Cézanne, transidentité, accident de scan. Christophe Beauregard cartographie nos fantasmes, qu’ils soient explicites ou plus secrets. 

---

📖 Deux premiers feuillets de l'essai Absolus :

« Dans son roman La Recherche de l’absolu (publié en 1834 dans ses Études de mœurs), Balzac développe ces thèmes classiques du romantisme, l’ambition démesurée, la tentative de battre la nature sur son propre terrain, la mégalomanie qui induit la faillite. Balthazar Claës, grand bourgeois de la ville de Douai, y est saisi par cette folie, à l’instigation d’un chimiste polonais de passage : transformer, en se faisant fort de le cristalliser, le carbone en diamant. Afin de devenir immensément riche. La suite se devine, bien dans l’ordre du pessimisme si cher au romantisme. Cette alchimie échoue, Claës ruine sa famille, il finira dans la peau d’un pauvre fou.

L’absolu prend des formes diverses, moins délirantes souvent que la tentative chimique avortée de Balthazar Claës : la confrontation avec un paysage aussi majeur que rare et réputé inapprochable ; la poursuite d’une aventure insensée ; une histoire d’amour qui défie toute logique et porte ses acteurs au pinacle de la sensation ; la réalisation d’une prouesse architecturale ou technique ; un grand geste jusque-là resté hors de portée.

L’origine du terme "absolu" donne le ton : absolutus, en latin, désigne ce qui est "détaché" et s’oppose à ce qui est relatif. L’absolu existe en soi indépendamment de tout le reste, il se suffit à lui-même. Dieu, pour les théologiens, est absolu. Pour les philosophes idéalistes, l’absolu est l’idée majeure, celle dont dérivent toutes les autres et qui les contient. Sa totalité, difficile à cerner, sa position, toujours excentrée par rapport au lieu où nous sommes et depuis lequel nous pensons, sa qualité, mariée invariablement au fantasme, font pour certains de l’absolu l’inaccessible même. Trop grand, trop haut, trop fort, trop lointain, inhumain donc.

Inhumain, l’absolu ? Peut-être pas tant que cela. À force d’accommodements avec le lexique, et avec notre désir, nous avons fini par rapprocher l’absolu de nous. L’absolu archaïque, celui des vieilles sociétés, est un Graal : aucun des humains ordinaires que nous sommes ne l’atteindra, ne le touchera, ne le fera sien. Le désir est frustré, de façon définitive. Mais l’absolu moderne, lui, a diminué de taille. Le Graal, notre Graal, peut consister dorénavant non plus en une quête invraisemblable, perdue d’avance, mais en un objectif possible, même si atteindre cet objectif n’ira pas de soi. Il n’est pas aisé d’entretenir une romance aussi inouïe que celle du tandem Elizabeth Taylor-Richard Burton, un absolu de l’aventure amoureuse, mais pourquoi ne pas croire l’affaire jouable ? On est atterré autant qu’émerveillé par tant de majesté et de défi à la pesanteur, forcément, lorsqu’au-dessus du lac de Constance, le 9 juillet 1900, s’élève le premier dirigeable géant du comte Ferdinand von Zeppelin, un engin aux proportions si amples qu’elles médusent notre œil : l’existence même de cet aéronef formidable, cependant, nous assure qu’au prix d’efforts démesurés ce type d’absolu technique est accessible. La Française Peggy Bouchet, en 1998, depuis les Canaries, se lance dans la traversée de l’Atlantique à la rame et en solitaire. Dix heures d’efforts par jour, quatre-mille kilomètres à couvrir, elle échoue et manque de se noyer à quelques milles nautiques des Antilles. Qu’à cela ne tienne, Peggy Bouchet remet le couvert dix-huit mois plus tard et, partie cette fois des îles du Cap-Vert, elle atteint le 5 janvier 2000 la Martinique. Si cet exploit, un effort sans pareil, n’est pas absolu, qu’est-il au juste ? Une photographie longtemps attribuée à tort au sociologue américain Lewis Hines montre une poignée d’ouvriers cassant la croûte assis sur une barre métallique de gratte-ciel, pieds ballant dans le vide à deux-cents mètres au-dessus du sol. Soit, il s’agit là d’une photographie de propagande orchestrée par les patrons du Rockefeller Center alors en construction mais il n’empêche : ce type de situation ahurissante touche l’absolu. Et que dire du premier voyage dans l’espace de Youri Gagarine, du premier pas sur la Lune de Neil Armstrong, des descentes sous-marines dans les profondeurs des Mariannes, à plus de dix-mille mètres sous le niveau de la mer, de Jacques Piccard puis de Victor Vescovo ? Le pilote de course automobile Kimi Räikkönen compte plus de trois-cent-cinquante départs en Grand Prix, le champion de tennis Rafael Nadal comptabilise à son profit vingt-deux Grand Chelem et quatorze titres à Roland-Garros. Lionel Messi pour le football, Jesse Owens, Usain Bolt et Shelly-Ann Fraser-Pryce pour la course à pied, Nadia Comăceni pour la gymnastique et Sonja Henie pour le patinage artistique, Mohamed Ali pour la boxe, Jeannie Longo en cyclisme et Marie-José Pérec en athlétisme, toutes ces championnes et tous ces champions, des humains sans conteste, ont tutoyé l’absolu par leurs performances sidérantes... Oui, l’absolu, dorénavant, peut être conquis. Il suffit pour cela d’être exceptionnel. [...] »

Using Format